Parents à la française

Ados et smartphone: le témoignage de Carlotta, maman italo-française

30 novembre 2017

Si vos enfants natifs digitaux sont arrivés à la fin du Primaire, vous vous trouvez probablement face à la question la plus récurrente en cette période de pré-adolescence : « Maman, quand est-ce que je peux avoir un téléphone? »

Il s’agit en effet très souvent du cadeau de Noël le plus demandé aux alentours des 11 ans.
Puisque j’ai aussi des enfants plus jeunes qui me posent encore des questions du genre :« Maman, est-ce que je peux avoir des figurines de Oui Oui ?», tout en étant consciente que ce sujet intéressera nombreuses d’entre vous, j’ai demandé des explications à Carlotta, maman italo-Parisienne des deux filles déjà au collège.
Et voici le résultat de nos discussions en la matière.

adolescents and smartphones

Carlotta, à quel âge as-tu accordé un portable à tes enfants ?

Quand ma fille ainée est entrée au Collège à 11 ans je lui ai accordé l’usage de mon vieux portable Nokia. Cela faisait déjà deux ans que, avec mon mari, nous faisions résistance de manière stoïque à ses exténuantes requêtes de lui acheter un smartphone.
En réalité, nous ne comprenions pas très bien son vrai besoin puisque nous lui avions déjà accordé depuis un moment un IPOD, une tablette KINDLE, l’usage du PC familial, un adresse mail personnel ainsi que la permission d’utiliser tout cette armée d’outils numériques pendent une demi-heure par jour…
Et malgré tout cela, puisque nous étions bien évidemment convaincus d’être des parents modernes et compréhensifs, nous avions cédé encore une fois, en lui accordant l’usage d’un téléphone portable, d’ancienne génération et d’occasion bien sûr, mais toujours étant un véritable mobile !

Nous pensions alors d’avoir rendue heureuse notre chérie mais, quelque temps plus tard, nous nous sommes rendus compte que nous avions très peu compris la question de la socialisation des ados d’aujourd’hui et, par ricochet, celle de notre fille.

Quels sont les changements quand les enfants débutent le Collège ?

L’entrée au Collège en France est un moment charnière entre l’enfance et l’adolescence: en général les enfants ne souhaitent plus que les parents les accompagnent jusqu’à la porte de l’établissement, donc les parents ne peuvent plus socialiser comme en Primaire, les camarades sont pour la plus part inconnus, il faut s’adapter aux nouvelles règles et au nouveau vocabulaire de la cour de récré, aux nouveau horaires différents chaque jour et surtout à l’idée que nos enfants rentrent à la maison souvent seuls ou accompagnés par des nouveau amis.
Beaucoup de parents cèdent donc à la demande d’avoir un smartphone avec l’excuse de pouvoir contrôler à distance leur progéniture par le biais de nouvelles et puissantes applications, mais nous NON, pas du tout, nous étions si fiers d’avoir accordé uniquement mon vieux NOKIA à notre fille et de baser ainsi notre rapport uniquement sur la confiance !
Après quelque mois, néanmoins, nous nous sommes aperçus que quelque chose nous avait échappé : non seulement notre fille n’utilisait jamais son portable devant les autres mais elle s’arrangeait pour le cacher discrètement au fond de son sac à dos, alors qu’elle prenait soin de toujours porter dans la poche arrière de son pantalon son vieux IPOD cassé….
Elle en était arrivée au point de prendre note uniquement au stylo des numéros qu’elle s’échangeait avec les nouveaux amis et camarades, pour les transcrire après en cachette sur le NOKIA préhistorique !

À ce point, il ne nous a pas fallu plus beaucoup de temps pour comprendre que son besoin n’était pas celui d’avoir un outil de communication mais de posséder un objet symbolique d’appartenance/identité à la nouvelle communauté des collégiens qu’elle venait d’intégrer : il suffisait de le montrer dans la poche arrière des pantalons !

iPhone

Comment avez-vous réagi avec ton mari ?

Nous avons compris que le problème était bien plus important de ce qu’on pouvait imaginer, nous avons donc promis à notre collégienne que, si les résultats scolaires allaient rester très bons, elle aurait pu avoir mon ancien smartphone à partir de la 5ème.
Nous nous sommes toutefois engagés à continuer les discussions en famille sur la prévention pour un usage vigilant d’internet surtout vis à vis des autres ados dont nous ne connaissions pas la famille, outre que sur la formation de sa propre identité en dehors et à l’intérieur d’un groupe.

En accord avec notre fille nous avons aussi établi des règles et défini un temps d’utilisation journalier des outils numériques, afin que de ne pas pénaliser sa concentration sur les études et son temps pour la vie réelle.

Quels types de formations sur la prévention et sur l’utilisation d’internet existent en France ?

Pour le moment les formations ne sont pas très nombreuses à l’école, mais celles qui existent sont très bien faites.

Par exemple la Préfecture de Police a créé le PERMIS INTERNET, un programme national de prévention aux risques d’internet sur le modèle du PERMIS PIETON, destinée aux enfants en CM2.

Ma deuxième fille a bénéficié de cette formation avec examen final sous forme de quiz et elle a appris beaucoup tout en s’amusant. C’est fait très sérieusement et si l’enfant ne répond pas correctement il n’obtient pas le permis. Il s’agit d’une formation gratuite destinée à toutes les écoles primaires publiques et privées de France.
Ce qui manque après c’est une suite, une sorte de deuxième saison de la série, afin de vérifier si dans les années de Collège les ados appliquent véritablement les règles apprises, comment ils réagissent si confrontés à des nouvelles situations, etc. Idéalement il me semblerait utile d’affronter à nouveau la problématique en petit groupes avec des modules de type théâtre forum dans lesquels les élèves sont acteurs dans l’action de prévention aux enjeux du numérique.

Plus récemment j’ai l’occasion d’assister à des conférences proposées par des associations indépendantes qui proposent des ateliers spécifiques aux ados entre 13 et 17 ans, toujours dans le cadre de l’école en intégrant ce qui manque encore dans les programmes officiels concernant l’éducation à l’utilisation des médias et l’impact sur la construction des ados.

En plus du harcèlement numérique sont affrontés d’autres arguments comme celui de la pornographie sur le net. Les intervenants sont des informaticiens et non pas des Policiers, et en général ils sont très bien accueillis par les ados puisqu’ils parlent leur langage, ont beaucoup d’exemples à citer sur ce qui se passe à leur âge mais surtout peuvent fournir des recommandations à suivre puisque des outils existent aujourd’hui pour arrêter les harceleurs sur la toile.
Enfin je peux vous donner quelques conseils de lecture. Bien qu’il n’existe pas encore un véritable genre de littérature pour la jeunesse sur la question, je conseille vivement à vos enfants à partir de 9 ans ces deux titres : « HANNO TAGGATO BIANCANEVE », di Monica Marelli e « LES PETITES REINES » di Clémentine Beauvais
Il s’agit de deux brefs romans sur les possibles dérives d’une mauvaise utilisation du smartphone et d’internet, avec des exemples concrets d’harcèlement moral dans l’ère digitale.

Enfin il ne faut pas oublier aussi les ateliers de CODING, la programmation numérique pour enfants et ados enseigné de manière ludique et créative, afin d’acquérir la maitrise du langage informatique qui leur sera très utile à l’âge adulte.

Merci Carlotta !
By La Blonde

andiamomamma

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!