Parents à la française

Mes 5 règles sacrées pour le sommeil des plus petits !

27 novembre 2017
Nous avons tous déjà lu beaucoup sur le sommeil des enfants, pourquoi vous en parler encore?
Tout simplement parce que je ne crois pas à la chance aveugle ou à la naissance des anges en série.
Et parce que, à chaque grossesse, tout le monde me disait: « T’a déjà eu beaucoup de chance avec l’ainée qui a toujours dormi, tu verras que la deuxième te rendra fou! ».
Les mêmes hiboux, pas encore satisfaits, au troisième tour me répétaient: « ça s’est bien passé bien deux fois, tu ne penses pas que t’aura un troisième ange? ».
NON, mes enfants ne sont pas des anges, mais je pense avoir mis en place quelques petites règles qui, appliquées à tous les trois, ont toujours donné le même résultat: je les met au lit avec un baiser de bonne nuit, je sors de la chambre et après 10 minutes ils dorment …. TOUS SEULS (avec quelques exceptions hein?)!
Magie? Non! Bon sens et l’esprit de Miss Rottermaier qui sommeille en moi.
Voici mes cinq règles sacrées.
1) LA ROUTINE
A la base de tout il y a la routine.
Mon pédiatre me l’avait dit lors de la première visite de ma fille ainé et jamais aucun conseil n’a été aussi précieux.
L’enfant a besoin de répétition, d’horaires toujours identiques, d’habitudes, de gestes et de rituels qui se reproduisent de la même façon tous les jours, du matin jusqu’au soir.
Bref, chez nous les horaires des repas et du sommeil sont suisses: à midi le déjeuner, à 13heures la sieste,  à 19h le dîner (que pour les enfants) et à 20h tous au lit! Cette prévisibilité permet aux enfants de régler une horloge biologique interne très utile pour leur tranquillité d’esprit et, par conséquent, pour la régularité de leur sommeil, et à nous les parents de continuer une vie agréable entre dîners, invitations, et soirées devant la télé!
2) CHAMBRES SÉPARÉES
Les 6 premiers mois de vie de mes bébés j’ai toujours gardé leur berceau dans notre chambre. Je n’ai jamais aimé le concept du co-bedding, parce que je crois que les parents devraient garder dès le départ un espace physique et intime à l’extérieur de l’enfant.
Mais à partir de 5/6 mois le lit d’enfant trouve sa place dans une autre chambre et nous les parents reprenons le possession de la notre (si on craint de ne pas les entendre on peut toujours dormir avec des baby-phone a coté du lit)!
Angels Care? Non, merci. Je ne voudrais jamais ressentir la panique d’entendre l’alarme sonner juste parce que le capteur s’est déplacé par erreur.
Personnellement, j’utilise des écoutes bébé portables super silencieux de Philips Avent qui capturent tous les sons de mon bébé, mais dont je peux régler le volume, pour ne pas me réveiller à chaque bruissement.
3) S’ENDORMIR SEUL DÈS LE PREMIER JOUR
Le même pédiatre mythique m’avait expliqué que l’enfant doit se réveiller au même endroit où il s’est endormi. Il m’a dit « imaginez vous de tomber endormie sur le canapé et de vous retrouver au lit au réveil, ne seriez-vous un peu confuse? ».
Pour cette raison, depuis qu’ils sont très petits, j’ai toujours essayé de ne pas bercer mes enfants jusqu’à les endormir, mais de les mettre dans leur berceau quand ils sont encore éveillés afin de les habituer à s’endormir seuls.
De plus, il est toujours utile de séparer les lieux dédiés à la sieste de ceux dédiés au jeu. Cette distinction leur sert pour identifier dans le berceau, et dans le lit plus tard, le nid où se laisser aller au sommeil et de ne pas le confondre avec un lieu de divertissement et de stimulation.
Après le baiser de la bonne nuit j’éteins la lumière, j’allume le carillon et je quitte la pièce. Bien sûr, parfois je dois y rentrer appelée par les crie d’un enfant qui, apparemment, est très éveillé et désireux de passer sa soirée avec nous. Mais le secret est de ne pas ceder aux larmes du marmot! A cette heure là M.lle Rottermaier a faim, a envie de dîner avec son mari, de discuter de choses entre adultes et de sentir enfin un peu de silence. Donc, elle re-met la tétine dans la bouche de son adorable enfant et quitte très vite la pièce! Je vous assure que nuit après nuit, le sommeil arrivera plus rapidement!
Avec les enfants plus grandes, bien sûr, la modalité est différente mais le concept de base reste le même: maman et papa après 20 heures ont le droit de dîner au calme et profiter de leur soirée. Donc, à ce moment-là, la seule chose autorisée est la « salle de lecture », chacune dans son lit à la lumiere de son abat-jour. Cette expérience de lecture individuelle a été un succès car induit le sommeil et laisse passer en douceur du jour a la nuit.
4) SAINTE SUCETTE
C’est peut-être impopulaire. C’est probablement contraire aux meilleures théories pédagogiques et à l’opinion des dentistes. Mais la sucette est le meilleur ami de chaque maman dans les deux premières années de vie de son enfant ( j’achète les sucettes AVENT que, en plus, sont adorables…a collectionner!)
À la naissance de ma première fille, je me souviens avoir strictement respecté les instructions des sages femmes de l’hôpital « attendez au moins 15 jours avant de donner la sucette pour que l’enfant apprend à téter au sein. » Le 16ème jour, après avoir écouté des pleures interminables et inconsolables, la sucette ressemblait à une manne du ciel.
Avec la deuxième fille j’ai résisté une semaine.
Au troisième tour, je l’avoue, je l’ai donnée à l’hôpital la deuxième nuit de vie de Mister3, caché à l’infirmière: ouf….j’ai pu dormir pendant deux heures d’affilée!
Comme un bon vin rouge: si vous n’en abusez pas, ça ne fait que du bien!
5) PAS DE CULPABILITE`
Enfin, le sommeil de nos enfants est aussi affecté par notre état mental et psychologique de base: ne se sentir jamais en culpabilité. (Dans ce domaine les mamans françaises ont beaucoup à nous apprendre!)
Ne culpabilisez pas parce que vous êtes rentrées tard du travail et vous n’avez pas passé assez de temps avec eux; ne culpabilisez pas pour le fait de les mettre au lit trop tôt sans que papa ait eu le temps de jouer avec eux, ne culpabilisez pas pour le fait de n’avoir plus d’envie de les avoirs entre les pattes après 20h le soir… Nous faisons déjà beaucoup pour eux et encore plus si nous sommes reposées et surtout gratifiées par une vie épanouissante.
Pourquoi dois-je renoncer à un diner entre amis parce que je sais d’être condamnée à passer une heure dans la chambre de mon fils pour l’endormir avec l’histoire de la nuit? Pourquoi dois-je me priver de ce que j’ai toujours aimé?
Je suis fermement convaincue que apprendre à nos enfants qu’il y a une sphère de notre vie qui est indépendante d’eux, que nous avons des intérêts qui vont au-delà, que, bref, ils sont au cœur de notre vie mais ils ne sont pas la totalité de notre vie, est sain, légitime et sacro-saint, et ça ne peut que leur fair  du bien!
Donc, allez les mettre vite au lit et profitez d’une merveilleuse soirée!
(billet écrit en partenariat avec Philips Avent)
By La Blonde

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!