Idées et trouvailles

Stikets, rien n’est perdu

22 janvier 2018
 Elle est partie. Ma fille de 7 ans, minuscule tirant seule son énorme valise, est partie à la montagne pendant 5 jours avec l’école. Classe de neige, en français. En italien, ça se traduit plutôt avec: mère en panique.
Non, ce n’est pas vrai, je joue la mère italienne (que je suis un petit peu), mais 15 ans en France m’ont aussi forgé: vos enfants ne sont pas vos enfants, ce sont des enfants de la vie tout ça, tout ça… Bref, je trouve magnifique qu’elle puisse partir et vivre une expérience unique, même toute seule, avec des amis, sa maîtresse et d’autres personnes qui lui apprendront des choses qu’aucun de nous deux ne saura ou ne pourra enseigner. Par exemple, à skier 🙂
Nous en avons parlé pendant trois mois de cette classe de neige, en famille. Le matin du départ, la jeune fille se levait à six heures, au cri de: «Prête, pour votre service, messieurs! (Oui, elle a fort esprit de collaboration, oui). Dans les semaines précédentes, j’ai commencé à empiler les habits, les accessoires, les pantalons de ski, les chaussettes et autres. Je les ai contemplés là, sur la table du salon, et dans mon cœur, je leur ai dit au revoir. 25 enfants, 5 jours, une colonie de vacances: adieu chaussettes! Adieu lunettes de soleil! Adieu petits pulls en cachemire bien-aimés! J’ai aussi dit au revoir à la veste de ski parce que je ne pense pas qu’elle reviendra non plus, pas la même, probablement une taille 10 ans.
Mais puisque l’espoir est le dernier à mourir, j’ai essayé. Et j’ai strictement obéi aux instructions de l’enseignante et de la Ligue de l’enseignement français qui fournit une liste très précise de la valise idéale. Avec une seule injonction principale: TOUT ETIQUETER. Même l’enfant.
Nous avons choisi les étiquettes adhésives Stikets: une marque que j’ai beaucoup apprécié pour la facilité de navigation du site, pour les couleurs gaies des étiquettes et parce qu’elle a été créée par une maman américaine, Stéphanie, qui vit en Espagne (voir ci-dessous son interview). Et une maman sait certainement comment rendre la vie plus pratique et simple à une autre maman.

Nous avons opté pour le Pack Base, avec pas moins de 142 étiquettes. Et en fait, j’avais tout ce dont j’avais besoin pour estampiller chaque objet de la poulette, y compris les sous-vêtements. Et aussi deux porte-clés très mignons, que nous avons utilisés pour le sac à dos et la valise (même si je sais qu’en revenant, elle me dira: « Sac à dos? Quel sac à dos maman?« ). La jour avant le départ, nous avons collé  à tout va, parce que leur atout est qu’elle sont adhésifs, donc si vous voulez, pas de fer à répasser. Mais dans le pack, vous avez également les étiquettes thermo-adhésives Stikets, plus résistantes aux lavages.

Les étiquettes sont personnalisables, et dans leur gamme, vous pouvez également choisir des stickers décoratifs pour la chambre, des photos et des affiches et même des bracelets personnalisés que je vais certainement commander pour cet été et pour un éventuel prochain voyage.

Bref, nous avons adorés et si vous ressentez le besoin d’étiqueter le chat aussi, ou si vous avez des voyages, des sorties ou même des journées scolaires chaotiques en vue, Stickets offre un bon de réduction de 15% pour les lectrices et lecteurs d’Andiamo Mamma à utiliser avant le 31.03.18 avec le codeANDMAM15

Surveillez nos réseaux sociaux, on prépare un concours pour gagner le Base Pack!

Bref, rien ne se perd, tout se trasforme. Voyons voir si au moins je récupère le bon enfant.
By la Brune

 

 

 

 

Voici l’interview que nous avions réalisé avec Stephanie, mompreneur fondatrice de Stickets, qui nous a brièvement raconté son parcours, son expérience avec quelques conseils d’une maman qui travaille!
Bonjour Stéphanie,
Merci pour cette petite interview!
– Comment est née l’idée des étiquettes Stickets?
Fondamentalement, je voulais résoudre mon problème, j’avais besoin d’étiqueter les chaussures de mes enfants pour l’école. C’était un problème que j’avais essayé de résoudre depuis plusieurs années, parce que j’avais trois enfants et que l’aîné à l’époque avait huit ans. J’avais essayé différentes façons d’étiqueter leurs chaussures et d’autres articles dont ils avaient besoin pour l’école. Je n’étais pas satisfaite des solutions qui m’étaient offertes et, à un moment donné, je pensais qu’une étiquette adhésive fonctionnerait et je me souviens d’avoir vu quelque chose, mais je ne me souvenais plus où c’était. Et en même temps … Je suis de la première génération qui utilisait l’internet aux États-Unis, avant l’utilisation publique, pendant ma dernière année d’étude, nous étions tous connectés, pour un discours universitaire. J’ai donc regardé sur internet, mais je n’ai pas trouvé ce que je cherchais …
– Qu’est-ce qui vous a le plus influencé dans la décision de créer votre propre entreprise?
À un moment donné, j’ai dit «j’invente quelque chose, je résous mon problème». Mais alors j’ai pensé: si la solution fonctionne pour moi, ça marchera aussi pour les autres mères, nous avons toutes les mêmes problèmes. C’est vraiment un business né pour aider les autres mamans .. Et depuis le début,  j’ai voulu une entreprise qui était en ligne, 100% en ligne.
– Comment pouvez-vous gérer votre être à la fois parent et chef d’entreprise numérique?
Mes journées sont essentiellement dédiées à deux types de tâches: celles liées à mes trois enfants et celles liées à mon activité. Bien sûr, à la fin de la journée, je réserve 25 minutes pour me détendre. Je mets mes baskets, je prends l’ipod et fais une promenade dans le quartier. Et c’est souvent dans ces moments-là que je trouve les meilleures idées pour Stikets.
– Etre une femme, une mère et une entrepreneuse dans certains pays, comme l’Espagne et l’Italie, n’est pas toujours facile …
Ah, oui….. Juste pour dire que, au début, dans certaines réunions (banques, fournisseurs …) je devais y aller avec mon mari pour être pris au sérieux. Beaucoup de gens pensent que j’ai commencé « un passe-temps pour remplir mon temps libre. » Au lieu de cela, pour remplir mon temps libre (quand je l’ai) je vais à la gym. je suis originaire des États-Unis et le fait est que les gens vous classent comme « une autre femme au foyer à la recherche d’un projet pour s’amuser … et même au milieu d’une crise ».  C’était un peu frustrant, je pense qu’avec notre travail quotidien, nous avons réussi à changer la mentalité de ces gens.

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply

error: Content is protected !!